Voici ma lettre au Ministère de l'agriculTUEUSE aujourd'hui. Il faut bien sûr la prendre au second degré dans la logique absurde qui m'entoure je ne pouvais pas faire moins. Jamais je n'accepterai de faire des abeilles pour les condamner.

 

"Bonjour, je suis apicultrice productrice d'essaims, installée depuis janvier 2016, auparavant conjointe collaboratrice d'apiculteur et fille d'apiculteur double-actif. Cette année, malgré l'hivernage de très bonnes ruches, sur un cheptel de 98, il m'en reste 28 dont 14 divisibles, le reste en valeur moyenne et non valeur. Installés de 1999, nous n'avons cessé de nous remettre en cause, lutter, tenir, allant même jusqu'à déménager de la Bretagne en Charente. Le constat reste le même : L'agrochimie et les agriculteurs qui l'utilisent nous tuent et veulent notre déclin. Car en éradiquant les apiculteurs on éradique à coup sûr l'Abeille. Le contrat millénaire de l'agriculture/apiculture est rompu. Nous travaillons aujourd'hui pour l'agriculture intensive qui en contrepartie ne nous rend que la mort. Je demande donc que cette agriculture nous paie pour le travail que nous fournissons pour son essor. Je demande le remboursement de mes pertes et un salaire universel afin que je continue d'élever des abeilles qui iront butiner les cultures empoisonnées."

 

Ici vous trouverez des témoignages pathétiques de mes amis et collègues :

http://apipro-ffap.fr/Temoignages

 

Connaissez-vous un autre exemple ou une profession en tue une autre en son sein ?

 

Pour aider dans l'urgence certains qui sinon vont nous quitter (et je pèse mes mots)  :

https://www.helloasso.com/associations/federation-francaise-des-apiculteurs-professionnels/formulaires/1/widget